Derniers articles

Week-end A2C 1er – 3 mai 2020 : enregistrements audios

https://www.instagram.com/p/B_vR6P6nJy8/
Print Friendly, PDF & Email
Depuis 2016, Autonomie de Classe organise tous les deux mois des week-end de discussions, de débats, de formations, de structuration. Le but étant d'échanger sur nos situations politiques dans nos diverses situations, nos différents cadres d'intervention politique : syndicats, collectifs féministes, collectifs de personnes sans papiers, contre les frontières, contre les violences policières. 
Nous mettons ici à disposition les introductions aux discussions du vendredi 1er mai et du samedi 2 mai 2020. Bonne écoute !

« Les profits ou la vie ? » : introduction à la discussion sur les liens entre la pandémie et le capitalisme.

Les pandémies ne sont pas des phénomènes naturels. Le capitalisme contemporain a réuni les conditions pour l’émergence et la propagation de virus à un rythme et à une échelle sans précédent, avec un impact maximum sur les sociétés et les plus vulnérables.
« Les profits ou la vie » : c’est la question que pose au niveau le plus fondamental la pandémie actuelle et sa gestion par les différents gouvernements. Au-delà du danger sanitaire, le Covid-19 a provoqué un ralentissement mondial de l’économie dont l’ampleur dépasse déjà largement celle de la crise de 2008.
« Nos vies, pas leurs profits » : loin d’un hypothétique “jour d’après”, l’autonomie de classe se construit dès à présent dans les résistances et les luttes.

par Timothée et Florian

Après le néolibéralisme, le capitalisme d’État ?

La pandémie aurait exposé l’incompétence d’un gouvernement incapable d’assurer la protection de tou.te.s face au coronavirus, et pourrait donner naissance à un État plus bienveillant et soucieux du bien-être de tou.te.s…
Et si, au contraire, elle nous montrait plus clairement qu’avant que l’État n’est pas là pour gérer la société mais pour assurer la domination d’une classe contre les intérêts de la majorité, au péril même de la société ? Nationalisme et racisme, répression et inégalités, tous ces maux se concentrent dans un État sommé de se radicaliser par la trajectoire du Capital, faite de crises toujours plus sévères et catastrophiques.

par Cédric

Pour aller plus loin :

Sur le site d’A2C :

Autres références :